25 Nov

UNE CULTURE DE L’ENTREPRENEURIAT CONSCIENT POUR TOUS? Voir grand, imaginer comment faire, changer le monde

Français One Response

(Article publié dans le quotidien français La Tribune)

Le monde de l’éducation est à la recherche de moyens innovants pour que les jeunes trouvent du sens à venir apprendre à l’école et qu’ils obtiennent de meilleurs résultats scolaires. L’intérêt de ces derniers envers les pédagogies mises de l’avant, leurs cours et les notions d’apprentissage prescrites est une condition essentielle au succès attendu. Toutefois, en éducation, trop de choses demeurent depuis de nombreuses années quasi immuables.

En parallèle, le développement de compétences en entrepreneuriat chez les élèves est de plus en plus reconnu, un peu partout dans le monde (primaire, secondaire et formation professionnelle), comme étant une piste prometteuse pour la persévérance scolaire et la réussite à l’école, en plus de mieux préparer les élèves à leurs futurs rôles en société.

Entrepreneuriat et écosystème planétaire

L’humain entreprend depuis toujours et innove sans cesse de manière quasi innée. Son intelligence l’a mené à l’empressement de satisfaire ses besoins de base, d’améliorer sa qualité de vie et de diminuer la difficulté de ses efforts liés au travail, dans trop d’occasions à n’importe quel prix ou presque. Un comportement intrinsèque, ou une obsession, qui en a rendu plusieurs (personnes en autorité, entrepreneurs, travailleurs), encore aujourd’hui, négligents envers les autres, souvent en leur manquant de considération, et en étant peu soucieux de maintenir en santé leur environnement de vie naturel qui, pourtant, nous nourrit tous. Depuis plus de 60 ans, nos modèles sociétaux, conditionnés par la logique économique en place, ont fortement accéléré cette manière d’entreprendre qui s’avère périlleuse et, pis encore, carrément non viable pour les communautés humaines d’aujourd’hui et de demain. Cette profonde inquiétude fut décriée maintes fois, depuis plusieurs années, par des auteurs réputés, dont Barrett C. Brown, Pierre Rabhi, David C. Korten, Jacques Attali, Paul Hawken et d’autres encore.

L’entrepreneuriat actuel, associé aux cultures de mercantilisme, d’égocentricité et de résignation présentes dans le monde, dirige dangereusement les nations vers le chaos écologique, économique et sociétal, s’il n’est pas accompagné d’un mode éducatif approprié. Nous vivons bel et bien dans un monde interdépendant et interconnecté.

L’école est LE lieu d’espoir puisqu’elle est le cœur d’une solution globale à imaginer en chaque «communauté-école». Agir seul n’est plus la solution. Une force éducative «école-communauté» doit impérativement voir le jour afin de circonscrire les importants dangers qui menacent nos démocraties, nos idéaux sociétaux, et qui réduisent l’espoir de parvenir à générer un avenir et des économies viables pour les communautés et l’humanité. C’est cela qui a mené à l’idée de créer une école nouvelle, l’École communautaire entrepreneuriale consciente (ECEC).

École communautaire entrepreneuriale consciente

L’ECEC, c’est d’abord l’École,ce lieu d’éducation et d’apprentissage; communautaire au sens d’une communauté éducative engagée au bénéfice des élèves et de l’environnement humain (le quartier, le village, la région, la nation ou le monde) qui prolonge les murs de l’école; entrepreneuriat conscient, c’est la conscience de l’impact de son mode d’entrepreneuriat sur soi, sur les autres (communautés), et sur la nature. Chacun est l’entrepreneur de soi, un ADN humain voué, ici, à la pratique d’un entrepreneuriat éthique, socialement responsable et humanisant.

Globalement, l’ECEC est un écosystème « école-communauté-milieux socioéconomiques ». Il s’agit d’un projet éducatif englobant. « Sa principale spécificité est qu’elle est à la fois systémique, entrepreneuriale et pédagogique. Ici, il ne s’agit pas de former des entrepreneurs uniquement intéressés par le profit, mais bien d’élever la conscience de tout un chacun – citoyens, décideurs, travailleurs, dirigeants, entrepreneurs, leaders »¹. Une synergie d’ensemble qui permet collectivement de prendre conscience qu’il est tout à fait possible d’apprendre différemment et plus globalement.

Sans modifier les programmes d’études (les cursus scolaires), l’ECEC offre une solution intégrée aux divers milieux-écoles pour qu’ils mettent de l’avant une organisation éducative et pédagogique (architecture de 21 composantes structurantes) qui forme à une culture dite «entrepreneuriale consciente».

Éducation à valeur ajoutée

Tout en poursuivant les apprentissages liés aux matières scolaires, l’élève porteur de cette culture entrepreneuriale consciente apprend à s’entreprendre (se faire confiance, se responsabiliser et se prendre en main), à entreprendre (identifier un besoin, imaginer et mettre sur pied une solution pour le satisfaire) et à créer de l’innovation (visualiser ce qui n’a pas encore été vu et conçu et sortir des sentiers battus). Tout cela à travers des solutions qui contribuent à une meilleure qualité de vie, à une prospérité équitable, à une plus grande justice sociale, de même qu’à un avenir et à des économies viables.

Changer le monde… par l’école

L’ECEC porte une approche pédagogique, l’APEEC ², un programme d’apprentissage en entrepreneuriat conscient, le PAEC, et dispose d’une ingénierie organisationnelle conçue dans l’esprit de faire découvrir à l’élève – également à l’éducateur et aux partenaires – la diversité, les richesses et la beauté de son environnement de vie, d’apprendre à l’aimer et de vouloir contribuer à son essor. À divers moments, le jeune peut ainsi apprendre autrement à l’école (autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du temps de classe), dans la perspective de réussir sa vie et dans la vie. L’éducateur profite pour sa part d’un environnement administratif et éducatif soutenant qui l’autorise à créer pédagogiquement et qui le valorise. Ce mode d’enseignement- apprentissage débute dès la maternelle et se poursuit jusqu’à la fin du parcours scolaire, incluant la formation professionnelle.

Une école pour voir grand… ensemble; pour que de nombreux éducateurs, partenaires, et parfois des élèves, en viennent à imaginer comment améliorer l’environnement éducatif afin d’apprendre ou faire apprendre dans un plus grand bonheur par l’entrepreneuriat conscient; et pour changer le monde au moyen de personnes transformées et devenues des entreprenants, des innovants ou des entrepreneurs conscients; ces dernières œuvrant autant à leur propre bénéfice qu’à celui des milieux humains qu’elles partagent.

S’il est nécessaire que l’école poursuive sa mission d’enseigner la lecture, l’écriture, le calcul et de transmettre des connaissances générales, n’est-il pas essentiel, aujourd’hui en particulier, qu’elle soit outillée pour contribuer à l’émergence d’une culture entrepreneuriale consciente pour tous et partout?

N.B. L’ECEC est présente dans 134 écoles dans des pays situés sur trois continents : Amérique du Nord, Europe et Afrique. L’Organisation internationale des écoles communautaires entrepreneuriales conscientes (OIECEC) est un programme d’internationalisation de l’ECEC de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys de Montréal (Canada). Pour en savoir plus : www.oiecec.org

 

Rino Lévesque

Auteur et l’ECEC; Directeur exécutif et co-fondateur de l’Organisation Internationale des écoles communautaires entrepreneuriales conscientes (OIECEC)

¹ Pépin, M. (2015). L’École communautaire entrepreneuriale consciente: ses spécificités au regard d’initiatives organisées en milieu scolaire à l’échelle internationale, p.38. Québec: Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire (CRIRES).

² Acronyme désignant approche pédagogique et éducative en entrepreneuriat conscient.


1 Commentaire

Vous souhaitez participez à la discussion ? N’hésitez pas à contribuer !

  1. Ricardo Alvarez

    20 juillet 2018 at 16 h 14 min

    Tres bien dit!!

    Répondre

Écrire ou répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mettre en valeur l’expertise … 20 février 2015 Osons. Il est temps. 30 novembre 2015