21 Jan

Contribuer à l’accrochage scolaire et aider l’école d’aujourd’hui à être en harmonie avec son temps: possible grâce à l’ECEC?

Français Aucune réponse

Le monde dans lequel nous vivons est en pleine transition, tant sur le plan social que sur le plan économique et écologique. Nous savons pertinemment que ces transitions doivent nécessairement s’accompagner par l’émergence de nouveaux systèmes de fonctionnement. Heureusement, de plus en plus de citoyens conscients cherchent de nouvelles solutions pour bâtir une société plus épanouie et résiliente. Des idées innovantes apparaissent, fruits des initiatives locales et des efforts de collaboration de communautés qui mettent en œuvre le changement. Par exemple, le mouvement des « villes en transition », encourage la reconstruction collective de nouveaux systèmes viables.

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde » Nelson Mandela

Au cœur de cette opportunité de changement, l’éducation occupe une place centrale. En Belgique et ailleurs, notre système d’enseignement a besoin d’être repensé pour préparer nos jeunes à devenir les citoyens entreprenants, innovants, engagés, responsables et conscients, nécessaires pour bâtir un monde plus sain, viable et équitable. De plus en plus d’acteurs du changement éducatif se mobilisent pour apporter des solutions innovantes au décrochage scolaire, à la dépendance sociale, à l’inégalité des chances et aux difficultés d’intégration qui sont présents partout.

C’est dans ce contexte de changement de paradigme, d’initiatives de transition et de mobilisation des acteurs socioéconomiques, politiques et culturels, que l’Ecole Communautaire Entrepreneuriale Consciente (ECEC) entre en jeu. Le système-école ECEC a vu le jour au Québec et évolue depuis vingt ans pour apporter une réponse novatrice à des enjeux de société cruciaux. L’ECEC valorise l’importance de la communauté éducative et favorise le développement de la personne et le développement à portée sociale. Ce modèle de transformation d’école propose une voie éducative moderne, inclusive, responsable et humaniste qui fait émerger les talents de tous.

« Il faut toute une communauté-école pour éduquer nos enfants et les rendre heureux de venir s’entreprendre à l’école » Rino Levesque

Grâce à l’approche pédagogique et éducative en entrepreneuriat conscient, le jeune apprend, depuis la maternelle jusqu’au secondaire, à devenir plus entreprenant et innovant pour bâtir sa vie de façon responsable, autonome et consciente de son impact sur lui-même, les autres et son environnement. Ils apprennent à entreprendre, à s’entreprendre et à innover. Les enseignants deviennent les accompagnateurs d’une démarche initiée par le jeune où celui-ci met sur pied des projets entrepreneuriaux conscients qui, en plus de favoriser l’apprentissage académique global, font écho aux besoins de la communauté. Il se crée une nouvelle alliance avec le quartier où ses membres peuvent collaborer à l’éducation des jeunes par le partage de ressources et d’expertises. L’éducation devient alors la responsabilité partagée des enseignants, des parents et de la communauté. Tous travaillent de concert pour un nouvel équilibre social, économique et écologique ancré dans le contexte local.

À ce jour, on compte 134 ECEC sur trois continents, et « aucune d’entre elles ne voudrait revenir en arrière ». En Belgique, où un nombre accru d’acteurs éducatifs cherchent à aider l’école d’aujourd’hui à faire face à ses nombreux défis, l’intérêt pour ce système-école est en pleine expansion. En 2013, Step2you, pôle jeune de l’asbl ICHEC, qui offre depuis 18 ans des outils pédagogiques visant à éveiller le potentiel et à mettre en lumière les talents des jeunes, a signé un partenariat avec l’OIECEC (Organisation Internationale des Écoles Communautaires Entrepreneuriales Conscientes) pour soutenir le projet-pilote de l’ECEC en Belgique. Ce partenariat s’inscrit dans l’idée que l’ECEC est une solution systémique permettant d’offrir un fil conducteur à ses outils et ceux de ses partenaires pédagogiques au sein de l’école. Depuis 2014, le Collège La Fraternité, site St-Vincent, à Bruxelles est le premier en Europe à entreprendre cette aventure éducative, suivi du Centre Asty-Moulin à Namur depuis 2015. D’autres écoles emboîtent déjà le pas telle que l’école Sainte-Bernadette d’enseignement secondaire spécialisé. En parallèle, des éducateurs belges sont formés par OIECEC Monde pour devenir des accompagnateurs ECEC. Suite aux retours positifs et enjoués des équipes-écoles, la pertinence de l’ECEC pour la Belgique est validée. Ainsi, une asbl ECEC belge verra le jour au courant de 2016.

Photo groupe MissionIMG_5389

En octobre dernier, une délégation belge, dont faisait partie des élèves, des enseignants, des directions d’écoles, des conseillers pédagogiques et des décideurs politiques, a participé à un séjour d’immersion dans les Écoles communautaires entrepreneuriales conscientes du Québec. Tous ont été témoin des effets positifs que l’ECEC a sur les élèves, les enseignants et la communauté toute entière. Ils ont pu y observer des jeunes motivés et épanouis, des enseignants, des directeurs passionnés, et des écoles en harmonie avec leur temps et leur environnement. Les élèves de la maternelle au secondaire ont démontré leur créativité et leur engagement actif et positif en présentant leurs projets entrepreneuriaux conscients. « Avec l’ECEC, on met en place un citoyen nouveau dont la Belgique, l’Europe et le monde ont besoin » affirme Rose Romain, directrice du Collège La Fraternité, Saint Vincent, première ECEC d’Europe. Ce que souhaitent ces éducateurs engagés, c’est que les jeunes « aient envie de venir à l’école et qu’ils soient fiers de leur établissement ». Ils considèrent que l’ECEC offre cette structure permettant de créer un esprit d’école, ainsi que des outils et une méthode d’accompagnement qui s’adaptent à son environnement, sa culture et son rythme.

Au Canada, au Maroc, au Bénin, en Côte d’Ivoire et maintenant en Belgique, l’ECEC engage des personnes, des groupes, des organismes et des entrepreneurs, et introduit progressivement des changements positifs et durables. Contrairement aux réformes scolaires qui s’imposent « d’en haut », l’adoption du modèle pédagogique ECEC vient de la volonté mobilisatrice des équipes-écoles ainsi que des acteurs éducatifs, socioéconomiques, médiatiques et culturels locaux autour de l’évolution de nos systèmes-écoles pour répondre aux besoins du XXIème siècle. L’appel est donc lancé à ces acteurs, partageant la philosophie ECEC, de contacter son équipe ECEC locale pour mettre en œuvre des partenariats afin d’amener le « Bonheur à l’école ».

« Il n’y a rien de plus fort qu’une idée dont le temps est venu » Victor Hugo

Co-rédigé par Alexane St-Amant Ringuette, stagiaire OIECEC à Bruxelles et Sarah Heymans, coordinatrice OIECEC Belgique et Europe


0 Commentaire

Vous souhaitez participez à la discussion ? N’hésitez pas à contribuer !

Écrire ou répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Apprendre «à OSER»… 10 décembre 2015 Reportage sur l’ECE en Be… 28 octobre 2016