20 Fév

Mettre en valeur l’expertise présente dans l’univers socioéconomique

Français One Response

Nous savons que l’entrepreneur, tout comme les personnes entreprenantes et innovantes, apprennent dans l’action et, notamment, en jumelant leur réflexion à leur action de façon à améliorer leur succès. L’ECEC innove en cherchant, autant que faire se peut, à tenir compte de cette façon de faire et d’apprendre. Pour y parvenir, un processus organisé engageant la collectivité entrepreneuriale dans le projet éducatif dit «d’entrepreneuriat conscient» est non seulement souhaitable, mais nécessaire. Essentiellement parce que ces personnes et organisations humaines disposent, de manière quasi intrinsèque, d’un savoir, d’un savoir-faire et d’un savoir être propres à leur culture de travail et de fonctionnement.  

L’entreprise et le politique ont souvent eu des liens de complicité pour le meilleur et parfois pour le pire. Cette fois-ci l’appel leur est lancé afin qu’ils agissent en synergie en tant que leaders responsables de nos sociétés, en tant que citoyens plus conscients et engagés. L’ECEC propose un décloisonnement d’elle-même et de son environnement de vie. Elle se donne comme devoir d’inviter, voire même de solliciter la participation de toutes les expertises à son projet éducatif.

Quelles que soient les circonstances, en tout temps, une ECEC collabore avec des personnes, groupes, organismes ou entreprises de l’extérieur de l’école en gardant le contrôle sur la pédagogie à mettre de l’avant dans les classes et sur l’organisation à prévoir au succès d’une telle alliance. Ainsi, chacun et chacune jouent sa partition alors que l’école (l’ECEC) demeure chef d’orchestre du projet éducatif en entrepreneuriat conscient «école-famille-communauté », cette dernière incluant l’environnement socioéconomique.

Cette façon de voir et de faire conduit à un apprentissage des éléments qui caractérisent la culture de l’entrepreneuriat conscient. La jeunesse que nous instruisons, éduquons et formons porte en elle l’espoir que surgisse dans nos sociétés un entrepreneuriat éthique et socialement responsable, en somme un entrepreneuriat qui contribue à une prospérité plus équitable et à une plus grande justice sociale pour tous et toutes. Malgré notre responsabilité à s’investir au succès de cette visée éducative et sociétale, à cette urgence d’agir qui met au défi l’humanité toute entière, il est devenu tout aussi impérieux que l’ensemble de la société en vienne à partager très fortement ces mêmes valeurs.

La clé du succès d’une telle pédagogie repose sur la synergie qui se bâtit progressivement entre l’école, les familles et l’environnement de vie socioéconomique. La multiplication de leurs liens permet d’espérer une généralisation accélérée de valeurs entrepreneuriales conscientes transformatrices au bénéfice d’un mieux-être individuel et collectif. Au sein de l’ECEC, le projet éducatif basé sur le développement d’une culture de l’entrepreneuriat conscient et de l’apprentissage autonome au service de la santé globale des enfants, des jeunes et des élèves ou étudiants d’âge adulte, des éducateurs, des intervenants professionnels et des partenaires de la communauté qui environne l’école…, a comme particularité indélébile qu’il devient à la fois celui de l’école mais également de toute la collectivité.

 

Rino Lévesque


1 Commentaire

Vous souhaitez participez à la discussion ? N’hésitez pas à contribuer !

  1. Philip Koenig

    29 mars 2015 at 12 h 01 min

    Merveilleux blogue qui nous met face a nos coresponsabilités.

    Quels seraient les acteurs de la société, qui ne se sentiraient pas concernés par l’éducation, la formation des leadeurs et décideurs d’aujourd’hui et de demain, face aux défis complexes du 21eme siècle ?
    École, académie, le politique, les entreprises, banques, gouvernements, états, syndicats, la société civile ou autres, ne sommes nous pas tous des parties prenantes du bien commun ?
    Alors comment pourrions nous mieux conscientiser, promouvoir et agir ensemble pour tendre vers d’ avantage de triple durabilité économique, sociale et environnementale ?

    L’approche des écoles communautaires entrepreneuriales conscientes ( ECEC ) apporte des savoirs, savoirs-faire, savoirs faire faire et savoir être, indispensables pour mieux vivre ensemble. Par exemple les principes et méthodes des ECECs permettent d’être plus conscient des interdépendances entre les acteurs de la société, mieux comprendre les critères de décisions qui engendrent d’avantage d’équilibres socioéconomiques , de sens pour les humains, enfants et adultes. Elles prennent en considération l’impact systémiques des structures d’ interprétation, attitudes, comportements, décisions et actions des parties prenantes.

    Quelles pistes suivre, pour mieux avancer ensemble, se soutenir les uns les autres autour de buts, valeurs et visions communes ? Conférences, cercles de paroles, think tanks, organisation de tables de gouvernances multipartites, …. autres ?

    Qu’en pensez-vous ?

    Répondre

Écrire ou répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

S’entreprendre, entreprendre … 30 janvier 2015 UNE CULTURE DE L’ENTREPRE… 25 novembre 2015