25 Nov

Trois raisons fondamentales motivent l’idée éducative promue au sein de l’ECEC

Français Aucune réponse

Deuxième partie : La communauté

Qu’est-ce que la communauté associée à l’école? La communauté regroupe les parents, de même que l’environnement de vie socioéconomique autour de l’école. Les parents sont les premiers éducateurs des enfants, leur soutien est indispensable, autant à la maison qu’à l’école.

L’ECEC a comme particularité de favoriser, directement à l’école, la participation des parents et d’autres partenaires de la communauté, par exemple celle de grands-parents, de personnes retraitées ou de personnes actives œuvrant dans des organismes sans but lucratif ou en entreprise. En effet, un aspect fondamental de la réussite tient au fait que d’autres partenaires de la communauté viennent compenser diverses insuffisances – ex. : certains défis concernent le contexte associé à des parents et à leur famille, alors que d’autres sont liés aux limites du système éducatif en place.L’expertise variée des personnes issues de la communauté est un facteur important dans la réussite de la pédagogie de l’entrepreneuriat conscient. Ex. : C’est le grand-papa de Jonathan et l’entrepreneure Mme Labonté qui sont venus nous aider mardi matin dans notre micro-entreprise.

C’est indéniable, l’expertise entrepreneuriale, ses modes opératoires et les comportements qui s’y rattachent se trouvent naturellement présents dans l’environnement de vie socioéconomique de l’école, autant dans les très petites entreprises (TPE), petites et moyennes entreprises (PME), que dans les grandes entreprises. Ceux qui occupent les rôles d’entrepreneurs ou d’entreprenants innovants (intrapreneurs) au sein de ces entreprises disposent d’un savoir-faire unique. L’ECEC propose que ce savoir-faire soit mis à contribution à l’école, soit à l’intérieur de ses murs (témoignages, participations directes à des projets entrepreneuriaux, etc.) ou à l’extérieur – par exemple au cœur de ces mêmes entreprises ou ailleurs.Plusieurs autres organisations, bien ancrées dans le milieu situé en périphérie de l’école, disposent d’un savoir, d’un savoir-faire et d’un savoir être à valeur ajoutée. Des valeurs complémentaires qui doivent être comprises en tant que contributions éducatives naturelles (non disponibles habituellement dans nos écoles) aux connaissances et compétences dont ont impérieusement besoin les jeunes et nos communautés. En ce sens, on peut s’inspirer de modèles organisationnels types liés à des TPE, des PME, des grandes entreprises ou à des organismes sans but lucratif. Les plans d’action, plans annuels, planifications stratégiques et plans d’orientation et autres outils dont disposent ces organisations sont des sources d’inspiration et d’apprentissage. Plusieurs d’entre elles portent couramment une culture d’entraide prenant forme dans le déploiement de programmes de soutien. Ceux-ci sont liés à la volonté profonde de répondre à divers besoins des personnes (enfants, familles, démunis, etc.) sur les plans communautaire, éducationnel, social, culturel et économique

L’ensemble de ce potentiel humain et organisationnel peut être mis à la disposition de l’école selon un mode organisé. L’ECEC propose quelque 21 composantes structurantes, chacune adaptable, qui maillent l’école à son milieu de vie socioéconomique.

RINO LÉVESQUE


0 Commentaire

Vous souhaitez participez à la discussion ? N’hésitez pas à contribuer !

Écrire ou répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML tags et attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

L’ESPACE EUROPÉEN INTÉRESS… 12 novembre 2014 Voir les défis, s’… 10 décembre 2014